Surveiller les systèmes d’assainissement

L'autosurveillance des systèmes d’assainissement

Noréade  a mis en place un dispositif lui permettant de réaliser des bilans réguliers de son système d’assainissement (station d’épuration et réseau), conformément au principe de surveillance des systèmes d’assainissement institué par la Directive européenne sur le traitement des eaux résiduaires urbaines. L'enjeu est de taille : l'autosurveillance constitue l'un des outils pour optimiser la gestion des systèmes d'assainissement et améliorer la qualité des masses d'eau dans l'objectif de la Directive Cadre Européenne 2015 (bon état des eaux superficielles et souterraines).

Sur le territoire de Noréade, l’autosurveillance initialement mise en place sur les stations d’épuration, est étendue depuis 2009 sur les ouvrages particuliers importants des réseaux de collecte (déversoirs d’orage, trop pleins de poste de relèvement, conduite principale).

Le coût global de l’opération est estimé à 3 000 000 €. L’achèvement de l’équipement des 70 agglomérations de plus de 2000 équivalents habitants a eu lieu fin 2015.

En complément du système de supervision qui contrôle alarmes et défauts, l’autosurveillance permet de récupérer différentes mesures : niveau d’eau, débit, durée et volume de déversement, précipitations… Ces données sont télé-transmises quotidiennement aux centres Noréade pour ensuite être analysées par les équipes d’exploitation à l’aide d’outils informatiques. Chaque mois, les informations sont synthétisées dans des rapports remis aux Services de Police de l’Eau ainsi qu’à l’Agence de l’Eau.

Au-delà des obligations réglementaires, l’autosurveillance des systèmes d’assainissement présente plusieurs intérêts pour Noréade, dont notamment :

  • Une meilleure maîtrise des effluents collectés et traités,
  • Une meilleure connaissance du fonctionnement des ouvrages réseaux et stations d’épuration,
  • Une amélioration de la gestion des réseaux, et du processus de traitement,
  • La mise en évidence de dysfonctionnements,
  • Une visibilité accrue sur les risques de pollutions et d’inondations,
  • Un gain de réactivité,
  • Une programmation des investissements mieux ciblée

Ainsi, l’autosurveillance peut être comparée au tableau de bord d’un avion avec ses compteurs, voyants, signalisations et boîtes d’enregistrement. En corrélant les mesures de débits avec la pluviométrie, Noréade peut appréhender la réaction des installations de collecte aux différents épisodes pluvieux, en fonction de leur intensité, et ainsi, mettre en évidences certaines anomalies.

C’est finalement en s’orientant vers le principe de diagnostic permanent que Noréade mesure, évalue et améliore le fonctionnement des ouvrages d'assainissement dans les communes adhérentes.

L’autosurveillance en chiffres (situation 2015) :

  • 69 pluviomètres enregistreurs
  • 200 déversoirs d'orage ou trop pleins instrumentés
  • 20 000€ coût moyen pour la mise en autosurveillance d’un déversoir d’orage